jeudi, octobre 8

Inondations sur la Côte d'Azur et assurances : déclarez votre sinistre sans tarder

Une fois encore les intempéries, dont la violence augmente sans cesse, laissent derrière elles un bilan très lourd... La Côte d'Azur a été fortement touchée : 32 villes déclarées en catastrophes naturelles, 17 morts et des centaines de millions de dégâts.


Indemnisations : les assureurs et l'état sont mobilisés...

 


Une fois l'évènement affronté, il reste à s'occuper de la réparation des dégâts matériels et faire les déclarations de sinistres aux assurances afin d'obtenir une indemnisation rapide des préjudices subits. L'état s'est engagé à indemniser dans les 3 mois les victimes situées dans les zones déclarées en état de catastrophes naturelles. Pour les autres, la majorité des assureurs ont mis en place des cellules de crise pour répondre à l'urgence. C'est notamment le cas d'un de nos partenaires, Solly Azar, qui a mis en place un process spécifique pour accélérer les indemnisations.

Mais ne tardez pas à déclarer votre sinistre


Malgré les dispositions prises afin de fluidifier le traitement des demandes des victimes de l'inondation, les services de gestion sinistre des assureurs vont être rapidement engorgés. Alors si vous souhaitez être indemnisé rapidement, vous aurez avantage à déclarer vos dégâts sans délais et par tous moyens (téléphone, email...)
Si vous êtes situé dans l'une des villes déclarée en état de catastrophe naturelle, vous disposez d'un délai de dix jours après la parution de l'arrêté interministériel pour déclarer le sinistre à votre assureur.
Fournissez à votre compagnie d'assurances ou votre mutuelle un descriptif des dommages subis en y joignant tous les documents permettant de justifier de la situation : photographies, vidéos, témoignages de voisins…

Pensez à vous faire rembourser les dépenses de remise en état de votre habitation


Sachez que vous pouvez prétendre à la prise en charge financière d'un certain nombre de frais destinés à sauvegarder votre logement. C'est notamment le cas des frais de pompage et de désinfection de votre habitation. Les dommages imputables à l'humidité consécutive à la stagnation de l'eau seront également couverts.

mercredi, septembre 3

Conseil de courtier : le cumul des assurances pour appartement

Lorsque vient le moment de souscrire une assurance, l'assuré se pose souvent la question de l'intérêt, voir de l'obligation de garantir son bien. Il s'interroge également sur les éventuels doublons de garantie entre les contrats (même risque couvert par plusieurs polices différentes).
Cela peut être le cas lors de la souscription d'un assurance pour un appartement. D'une part, l'immeuble est assuré par une police multirisques souscrite par l'administrateur de biens. D'autre part, vient s'ajouter au contrat de l'immeuble celui souscrit par l'occupant, le locataire par exemple.

Quelle est donc l'utilité de souscrire une assurance propriétaire non occupant ?


L'assurance propriétaire non occupant permet d'intervenir principalement dans deux cas :
  1. Elle couvre votre responsabilité civile en qualité de propriétaire du bien. En effet, bien que votre appartement soit loué, vous demeurez responsable sur un certain nombre de points : mise aux normes des installations électriques, sécurité des installations de gaz dans l'appartement, etc...
  2. Elle intervient en substitution ou en complément de l'assurance de l'immeuble et de celle du locataire dans les cas où celles-ci sont incomplètes ou inexistantes.
Ce dernier point ne doit pas être pris à la légère, car en cas de sinistre grave, comme celui de l'effondrement d'un immeuble à Rosny-sous-Bois suite à une fuite de gaz d'un appartement du rez-de-chaussée, l'absence ou l'insuffisance de garanties peu coûter cher à son propriétaire.

Ajoutons que, depuis le décret d'application de la loi ALUR, le propriétaire non occupant a l'obligation de souscrire une assurance responsabilité civile pour son appartement.


mercredi, octobre 23

Les franchises de votre assurance habitation: comment fonctionnent elles ?

Lorsque vous souscrivez une assurance multirisques habitation, certaines garanties sont soumises à une franchise. Cette dernière correspond à la somme restant à la charge de l’assuré en cas de sinistres, c’est-à-dire la part non indemnisée par l’assurance habitation.
En matière d’assurance habitation, les franchises les plus courantes sont au nombre de trois.

1. La franchise fixe, appelée également franchise absolue, est celle qui s’applique automatiquement lorsque le contrat ne précise pas le type de franchise utilisée.

Dans ce cas, l’indemnisation ne sera effectuée que si le montant total du sinistre est supérieur à la franchise. Si le sinistre est supérieur à la franchise absolue, l’indemnisation correspondra à la différence entre le montant du sinistre et celui de la franchise.
Par exemple, pour un préjudice de 500€, et une franchise fixe de 300€, l’assurance multirisques habitation vous reversera 200€ d’indemnisation. Par contre si le sinistre avait été évalué à 150€, vous n’auriez perçu aucune indemnisation.

2. La franchise proportionnelle est calculée avec un minimum et un maximum, et un pourcentage sur le montant total du préjudice.

Le taux peut varier en fonction du risque assuré : bris de glace, dégât des eaux, etc. Quoi qu’il en soit, avec la franchise proportionnelle, vous conservez à votre charge une part proportionnelle du préjudice.
Ainsi, la franchise de votre assurance est de 10%, avec un minimum de 300€ et un maximum de 500€. Vous subissez un dommage de 1500€. Les 10% correspondent dont à 150€, et sont donc inférieurs au seuil minimum de 300€. Par conséquent, vous verserez 300€, et l’assurance vous indemnisera de 1200€.
 

3. La franchise légale est une franchise dont le montant est fixé par les autorités publiques.

Elle concerne notamment les cas de catastrophes naturelles (inondation, feu de forêt, avalanche, tremblement de terre, tempête, etc.). Par exemple, elle est fixée à 380€ pour les biens d’habitation, et peut s’élever à 1520€ lorsque le préjudice est lié à des mouvements de terrain. Dans certains cas, la franchise légale peut varier en fonction des obligations du propriétaire du logement. Ainsi, elle peut être portée à 5000€ lorsqu’un incendie de forêt détruit une habitation et que le propriétaire n’a pas respecté l’obligation de débroussaillage imposé par les pouvoirs publics.




Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...